Sélection Réserve Naturelle • Des millions d'années d'évolution à votre service !

Gomphocarpus physocarpus

Hauteur:

1,20 m

Largeur:

70 cm

Floraison:

Blanc et rose pourpré, de juillet à novembre

Fructification:

Jaune verdâtre, sphérique et hérissé de poils

Feuillage:

Vert foncé, lancéolé

Ensoleillement:

Soleil

Sol:

Riche et frais mais bien drainé


Gomphocarpus (Gomphocarpus physocarpus, syn. Asclepias physocarpa)

Le gomphocarpus est une plante native d’Afrique, proche parente de l’asclépiade commune (Asclepias syriaca) poussant spontanément dans les champs d’Amérique du Nord. Les fleurs blanc et rose pourpré du gomphocarpus sont petites mais, en revanche, il est difficile de ne pas s’extasier devant leur beauté complexe. De plus, elles s’épanouissent sur une très longue période – allant de juillet jusqu’à novembre – durant laquelle de nombreux papillons et insectes pollinisateurs les visitent pour prélever leur délicieux nectar. Cette plante est parfois l’hôte de la chenille du superbe papillon monarque qui se nourrit de son feuillage de forme très allongée rappellant celui d’un saule. Cependant, l’attrait le plus spectaculaire de cette plante est assurément sa fructification très originale, suscitant souvent l’étonnement ou le rire chez ceux qui l’observent. De toutes les plantes mises à l’essai l’été dernier dans le cadre du programme Sélection Réserve Naturelle, le gomphocarpus est assurément celle qui a le plus fasciné les visiteurs. À cause des étranges fruits qu’il produit, le gomphocarpus porte divers noms communs très évocateurs comme plante ballon ou encore faux cotonnier. Ses fruits jaune verdâtre, parfois marqués de pourpre, sont sphériques et couverts de poils hérissés. Parvenus à maturité, ses fruits globuleux s’ouvrent et laissent échapper des semences facilement dispersées par le vent grâce à une touffe de petits poils soyeux attachée à leur extrémité.

Dans son milieu naturel, le gomphocarpus présente une écologie particulièrement riche. Pollinisée par plusieurs espèces d’insectes au moment de sa floraison, cette plante sert aussi de nourriture à la larve du petit monarque (Danaus chrysippus), un papillon de couleur orange et noire vivant en Afrique et en Europe du Sud très semblable au fameux monarque nord-américain (Danaus plexippus), papillon emblématique s’il en est un. La chenille du petit monarque se nourrit presque exclusivement de gomphocarpus et de certaines autres espèces d’asclépiades africaines pendant quelques semaines avant de se transformer en papillon. Des alcaloïdes toxiques contenus dans cette plante rendent la chenille et le papillon toxiques ce qui les protège des prédateurs qui voudraient les dévorer. Ces mêmes alcaloïdes rendent le gomphocarpus peu attirant pour la plupart des insectes ravageurs. Il semble qu’il n’y ait que le puceron de l’asclépiade qui ose parfois s’attaquer à cette plante.

Le gomphocarpus est de culture facile. Peu exigeant et tolérant la sècheresse, il est parfaitement à son aise dans un sol pauvre et bien drainé, situé au plein soleil, mais il a un meilleur développement lorsqu’on le plante dans une terre riche en compost et fraîche. Traité comme une annuelle sous notre climat, le gomphocarpus est un arbuste tropical qui survit tout de même à une température aussi basse que –12 °C.